Des processus de notation significatifs pour les idées d’entreprise

Les données incomplètes et non vérifiées des plans d’entreprise constituent souvent le principal obstacle à la demande d’un prêt de démarrage. Cela pose également des problèmes aux banques. Ce qui manque, c’est un processus de notation compréhensible.

Les fondateurs, les jeunes entrepreneurs et les jeunes pousses posent souvent des problèmes aux banques et aux caisses d’épargne lorsqu’il s’agit d’accorder des prêts, car la probabilité de réussite des nouvelles idées d’entreprise et donc le risque est difficile à évaluer. La complexité de l’assurance qualité, combinée aux exigences réglementaires, rend l’activité de prêt coûteuse.

Mais il y a une solution ! Grâce à une plate-forme numérique dotée de processus normalisés et automatisés, il est possible d’établir une notation transparente et significative de la probabilité de réussite des idées d’entreprise. Une base indispensable pour les décisions financières, surtout pour le groupe cible prometteur des fondateurs, des jeunes entrepreneurs et des start-ups !

La jeune classe moyenne : un marché de croissance “mal-aimé” ?

Alors que les nouvelles jeunes PME sont un marché en croissance et que les besoins en capitaux des jeunes pousses augmentent, comme le montre également le KfW Start-up Monitor 2017, de nombreuses banques se retirent de plus en plus du prêt de démarrage. En effet, les obstacles à l’octroi de prêts par les banques, y compris les exigences réglementaires, se multiplient également. D’autre part, il est incontestable que le prêt aux entreprises et aux clients professionnels reste l’activité principale. L’accent est mis sur le classique Mittelstand. La normalisation et l’automatisation des processus par la numérisation devraient permettre d’apporter un soutien sûr et efficace aux jeunes PME également.

Des dépenses élevées et une évaluation générale des risques entraînent des effets de freinage massifs dans le financement

Pour les banques, le risque de crédit est très difficile à évaluer, surtout pour les jeunes pousses, en raison du manque de données historiques sur l’entreprise et de la qualité hétérogène des plans d’entreprise soumis. Les banques doivent faire des hypothèses générales sur le risque de défaillance et les étayer par des fonds propres. Ce dont la banque aurait besoin avant tout, c’est des meilleures informations possibles, spécifiques et fiables pour évaluer la solvabilité ou la probabilité de défaut et donc le risque. Le plan d’entreprise présenté ne suffit pas à lui seul.

De nombreux jeunes entrepreneurs éprouvent également des difficultés, car tous les fondateurs ne sont pas formés à la gestion d’entreprise. Les conseillers en création d’entreprise peuvent fournir un soutien et des conseils à cet égard, mais ce qui manque, c’est un processus uniforme, normalisé et numérique. Cela aiderait toutes les personnes concernées, les entrepreneurs, les consultants et les banques. C’est la seule façon de s’assurer que les informations collectées sont réellement significatives et comparables. Il est également intéressant de constater que les conseillers à la clientèle prennent des décisions très différentes concernant le même modèle commercial, même au sein d’une même entreprise.

Le faible niveau de normalisation entraîne également un effort administratif comparativement élevé et donc des coûts. Cela devient rapidement peu attrayant pour la banque, et plus de 80 % des demandes de prêts de démarrage sont rejetées.

La solution : la transparence, la normalisation et la mise en réseau par la numérisation

La numérisation peut certainement y contribuer, par la normalisation et l’automatisation des tâches de routine et de contrôle, par l’amélioration de la documentation, de la transparence et des délais. De plus, la numérisation permet de mettre en réseau tous les acteurs du processus de démarrage sur une seule plate-forme. Il s’agit des entrepreneurs eux-mêmes, des consultants, des institutions de financement, des banques, des investisseurs, des assureurs, des bailleurs de fonds et des autres parties concernées.

Tous peuvent accéder au même niveau d’information, ce qui garantit le besoin individuel d’information. Il est également très important de disposer d’un processus d’évaluation indépendant et entièrement automatisé du modèle commercial, complété par l’expertise de consultants qualifiés. Le besoin de cohérence entre le développement de concepts et la mise en œuvre existe depuis des années, mais la numérisation et l’automatisation sont généralement limitées à des phases individuelles du processus ou à des participants individuels au processus. En outre, il est toujours courant d’envoyer des documents par courrier électronique, par télécopie ou par courrier postal entre les parties concernées.

Une plateforme numérique telle que smartaxxess, en revanche, offre une solution numérique uniforme pour l’ensemble du processus de démarrage et de croissance, avec des fonctionnalités pour le développement de concepts (concept planning), la planification des activités (business planning) et l’évaluation (rating). smartaxxess cartographie également toute la communication sur une plateforme web et garantit ainsi que tous les participants ont accès à une base d’informations commune et cohérente à tout moment et de n’importe où.

Il est possible d’évaluer de manière significative les fondateurs, les start-ups et les jeunes entrepreneurs

C’est la question clé non seulement pour le fondateur lui-même, mais aussi pour son conseiller et l’investisseur. Le modèle commercial sera-t-il couronné de succès ? Y a-t-il des facteurs critiques qui peuvent être mesurés afin de pouvoir juger du succès à l’avance ? Questions importantes. Malheureusement, il n’y a que des relations rudimentaires qui peuvent être structurées entre les conditions initiales et le succès qui se produira.

Avec une plateforme numérique comme smartaxxess, de nouvelles méthodes peuvent être utilisées pour évaluer la probabilité de succès d’un nouveau concept commercial avec la plus grande précision possible. Afin d’améliorer l’importance du pronostic de réussite, la procédure de notation utilise des facteurs de réussite à la fois qualitatifs et quantitatifs dans son analyse globale. Plus il manque de valeurs de bilan non ambiguës et plus il faut utiliser des valeurs planifiées à la place, plus on accorde de poids au résultat de l’évaluation du concept qualitatif.

Le système de notation smartrating, qui a été développé spécifiquement pour l’évaluation de nouveaux modèles d’entreprise et est intégré dans smartaxxess, évalue dans l’analyse quantitative sur la base de chiffres clés qui peuvent être générés à partir du bilan et du compte de résultat. Plus d’un million d’états financiers annuels ont été utilisés pour la validation. Ainsi, la numérisation et les Big Data permettent une prévision fiable de la probabilité de succès des nouveaux modèles d’entreprise et des jeunes entreprises.

Un gain pour toute l’économie

En conséquence, la plate-forme accroît la volonté de créer une entreprise en collectant, traitant et évaluant toutes les informations pertinentes et en les mettant à la disposition des partenaires. D’autre part, les banques et autres investisseurs disposent d’un outil facile à utiliser qui réduit massivement la complexité de l’octroi de prêts ou de capitaux aux fondateurs et aux jeunes entrepreneurs.

Il est ainsi possible de rendre les start-ups à nouveau attrayantes pour tous les acteurs concernés, un avantage non seulement pour les fondateurs et les institutions financières, mais aussi pour l’ensemble de l’économie.